OMG !

OMG !

Juste pour sourire, moment de détente ce matin : les questions à la noix pour ne pas dire autre chose !

Pourquoi appelle-t-on un mauvais film un navet ?

ob_b2b625_navet-cesar-2-ysope

A la fin du XVIII ème siècle, lorsque les armées de Napoléon rapportèrent de Rome un buste d’Apollon datant de l’Antiquité, les étudiants en art parisiens, qui n’en ratent pas une pour se la raconter et faire preuve de mépris qualifièrent cette sculpture de “navet épluché”. Pourquoi ? Parce qu’elle était, selon eux,  disproportionnée, informe et bien trop blanche. Bref, sans saveur comme un navet.

A quoi sert le numéro au fond du verre de la cantine ?

125745.jpg

Certainement pas à vous révéler votre “vrai” âge (rire) ou celui auquel vous allez vous marier…En réalité, il s’agit du numéro du moule Duralex (on dirait une marque de préservatifs ? re-rire) dans lequel votre verre a été façonné. A savoir qu’il en existe quarante-huit au total.

Pourquoi dit-on “ca va ?” alors qu’on va nulle part ?

1

Heu…en fait pour retrouver l’origine de cette expression il faut se tourner vers le …caca ! Au Moyen-Age, un bon transit était synonyme de bonne santé, du coup “comment allez-vous ?” signifiait “est ce que ca glisse bien ?” (rire) Voilà, tout cela ne manque de selle ! (re-rire).

Est-ce que le “Y” est grec ?

grec14478_511652208855171_681692470_n

La réponse est oui. Remontons à l’époque où l’alphabet latin était en pleine conception. Si un mot latin d’origine grecque comprenait le son “i”, il était écrit avec un “y” pour faire le distingo avec les mots d’origine latine. Comme ce “y” se prononçait de la même façon que le “i”, et qu’il avait été emprunté à l’alphabet grec, les latins l’ont donc nommé “i grec”. Vous avez tout compris ?

Pourquoi dit-on “être bourré comme un coing” ?

Deligne correctionnelle

Deux visions s’affrontent. La première (avancée par linguiste Alain Rey) rappelle qu’en argot “être ivre” se dit aussi être “rond”, en référence à la forme du coing. Mais prétendre que ce fruit est rond, c’est abusé. L’autre explication est défendue par le lexicographe Gaston Esnault : lorsque l’on veut stabiliser un meuble on “cale” un coin, donc d’une certaine façon, on le “bourre”. Et sans que l’on sache vraiment pourquoi, un mystérieux jeu de mots fruitier a collé un “g” au bout du “coin”. L’expression était née.

Bon week-end à vous !

Pour ma part, nous partons à la citadelle de Carcassonne pour le concert de Julien Doré !

Helene R.

 

Suivre:
Partager:

Commentaires

  1. Sandrine
    30 juillet 2018 / 13 h 56 min

    Un article très instructif ! Je vais les ressortir en société pour montrer ma grande culture ! 😂😂👌 merci Hélène ! J’espère que ton concert était sympa ! Bises

  2. Schmidt
    29 juillet 2018 / 6 h 58 min

    Petit rappel marrant et bien sympathique, merci et bon concert !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *