• Parfums

    Parfums

    Parfums légendaires, on en parle ?

    Après des recherches, j’ai trouvé l’origine de 6 parfums exceptionnels. Certains parfums sont aussi un moment , un souvenir, une histoire…

    Enfin, ils exhalent une époque, une passion…et traversent le temps.

    DIORISSIMO, Dior

    Créé en 1956 par Edmond Roudnitska. Il est l’âme de Christian Dior, dédié au muguet la fleur préférée du couturier. Le muguet était l’emblème de sa vie que l’on retrouve sur son papier à lettres personnel ou sur les médailles qu’il décernant à ses employés. Encore offert aujourd’hui le 1er mai aux collaborateurs.

    Trés superticieux, Monsieur Christain Dior à chaque présentation portait un brin de muguet à la boutonnière afin de porter chance à la collection.

    Un miracle possible grâce à Mme Dedeban, sa fleuriste personnelle, qui entrenait une serre entière afin de lui en fournir toute l’année.

    Il y a beaucoup de la vie du couturier dans ce parfum.

    C’est un parfum cathédrale, une perfection disait le couturier.

    BOIS DES ILES, Chanel

    Créé en 1976 par Ernest Beaux. Ce parfum du « Paris dandy » naît dans l’enthousiasme culturel de l’entre-deux-guerres. Paris est le centre du monde. Gabrielle Chanel veut son parfum et demande à Ernest, avant-gardiste de la parfumerie et à qui l’on doit l’incomparable N°5, de créer une fragance qui raconterait le secret des îles lointaines.

    Pour son créateur, il s’agit surtout d’une ode au santal de Mysore, bois sacré utilisé pour les rituels religieux. Bois des îles va jouer sur l’ambivalence : est il féminin, est-il masculin ?

    Ainsi, il est le premier parfum à ouvrir le chemin des boisés féminins et il est fidèle à la nature de Chanel et son air de garçonne. N’oublions pas qu’elle emprunta les tissus d’homme pour en faire des vêtements de femme !

    MITSOUKO, Guerlain

    Créé en 1919 par Jacques Guerlain. La famille Guerlain s’est construite sur l’amour, le grand amour, l’amour des femmes, l’amour filial… Mitsouko, fidèle à cette ligne affective, célèbre tout d’abord celui de la vie, au lendemain de la première guerre mondiale. C’est « le parfum de la paix retrouvée » comme le dira son créateur.

    A cette époque, le livre de Claude Farrère « La Bataille » est un grand succès littéraire. Jacques Guerlain, ami de l’auteur, est inspiré par le personnage de ce roman qui se déroule pendant la guerre russe-japonaise en 1905 : un amour impossible entre Mitsouko et un officier de la Royal Navy.

    Plusieurs symboles s’entremêlent : l’amour passionel qui s’affranchit de tout, le passage vers un monde nouveau et la nostalgie qui s’en dégage, illustré par le bouchon en forme de coeur renversé.


    Mitsouko est une composition qui se porte encore aujourd’hui comme une confidence, de ce qu’on voudrait révéler sans ne jamais rien dire.

    CALECHE, Hermès

    Créé en 1961 par Guy Robert. Les maisons de couture avaient déjà provoqué le scandale en lançant leurs propres fragances, spoliant la tradition des maîtres parfumeurs, tels Caron ou Coty, alors imaginez un sellier !

    Hermès sera la première grande maison de maroquinerie à se lancer dans l’épopée du parfum. Calèche connaît aussitôt le succès.

    Créé à ce moment cardinal des bouleversements sociétaux, quand la jeunesse s’affirme. Il a la fraîcheur du jasmin et la subtilité d’un chypre floral qui enchantent mères et filles.

    Ce parfum rappelle la douceur d’une maman, mais il est aussi le premier flacon d’une jeune fille. Il sent bon l’affection absolue.

    MAGIE NOIRE, Lancôme

    Créé en 1978 par Jean-Claude Niel et Gérard Goupy. On dit que ce parfum est un roman dont les chapitres ce sont écrits au fil des années.

    Au commencement, en 1950, il y eut « Magie », alliance de bois précieux et de jasmin qui demanda plus de mille essais avant de déployer son aura.

    En 1977, Lancôme veut écrire la suite et compose « Magie des Campagnes », fleuri et libre comme l’esprit seventies. Mais ce n’est pas encore cela. A cette « magie », il faut allier un caractère plus sulfureux, plus opulent, qui annonce la femme puissante des années 1980.

    Ainsi Magie Noire est le parfum de la femme qui n’a pas peur de la séduction provocatrice. Il est comme philtre d’amour d’ambre et de fleurs qui ensorcelle.

    Ce n’est pas un parfum intime, c’est un parfum de conquête. Il paraît que quelques gouttes dans les cheveux envoûtent quiconque les hume…

    AMBRE SULTAN, Serge Lutens

    Créé en 1993 par Serge Lutens. Serge Lutens est un parfumeur à part, d’ailleurs lui-même trouverait l’étiquette trop stricte, lui qui fut photographe, styliste, maquilleur, cinéaste…

    C’est un parfumeur-écrivain, dont les créations racontent un morceau de vie qui se dévoile autant à travers ses fragances qu’à travers les noms qu’il leur donne.

    Ambre Sultan est né d’un choc olfactif : un morceau d’ambre que les Marocaines placent dans leurs cheveux à l’aide de fibules à leur mariage.

    Ce morceau de cire, il l’avait laissé dans une boîte en bois précieux, et le temps a mélangé les deux natures. C’est surtout un bout de Marrackech que Serge Lutens a voulu exprimer dans ce parfum.

    Ce parfum suscite de petites histoires tel ce ministre canadien, qui avait usage de s’en parfumer les mains avant un forum international afin de marquer les esprits quand il saluait.

    Depuis plus de 10 ans je porte For Her de Narciso Rodriguez. C’est en rédigeant l’article que j’ai appris l’histoire de ce parfum.

    For Her est un hommage à son amie et sa muse Carolyn Bessette Kennedy (épouse de John Fitzgerald Kennedy) décédée dans un accident d’avion.

    Ce parfum se définit comme un chypré lumineux. Sa composition est à la fois élégante et sensuelle, construite autour d’un cœur gorgé de musc égyptien.

    Dès lors, cette fragance est non seulement un hommage d’affection infinie, mais également une ode à la féminité.

    Je trouve étonnant que ces hommes ou plutôt ces « nez » puissent s’inpirer de voyage, d’idées, de souvenirs pour créer un parfums. N’est ce pas ?

    Êtes-vous fidèle à votre parfum ? Que vous évoque votre parfum ? Avez-vous des souvenirs olfactiques : parfum de votre papa, maman…ou autre personne qui vous est cher ?

    On en parle ? Racontez moi…je vous répondrez.

    Suivre:

    16 Commentaires

    1. 26 janvier 2019 / 19 h 26 min

      Merci pour ce bel article et jamais sans mon parfum mais je ne porte pas toujours des marques connues! For Her je l’ai aussi porté pendant un moment mais mon chouchou est Coco Mademoiselle de Chanel j’y revient toujours!
      J’avais eue la chance de gagner des invitations pour une rétrospective des parfums Guerlain c’était très intéressant!
      Bon week-end copine

      • 26 janvier 2019 / 22 h 20 min

        A toi aussi tu as eu cette chance !!! J aurai adoré. Bises copine (merci pour ton avis)

    2. Carol castéra-Tordet
      26 janvier 2019 / 16 h 44 min

      J’ai un souvenir d’eau de toilette à la violette de Toulouse de ma grand-mère. Je ne connais pas la marque. Il y avait la poire pour pulvériser et l’emballage ressemblait à un carton à chapeau. J’adorai cette odeur, quand j’ai l’occasion de la sentir à nouveau. Je me rappelle ma grand-mère à laquelle j’étais très attachée.

      • 26 janvier 2019 / 22 h 21 min

        Ohhhh merci pour ce souvenir rempli d émotions ! Bise

    3. Sandrine
      21 janvier 2019 / 22 h 00 min

      Un bel article très intéressant. Mon parfum fétiche c’est Angel de Thierry mugler. J’adore cette senteur même si certaines personnes pensent qu’il est trop fort. Il est pour moi synonyme de séduction. Je me sens femme fatale quand je le porte ! Bises 💋💋

      • Helene
        22 janvier 2019 / 10 h 51 min

        Coucou Sandrine, merci pour ton commentaire. Je ne le connais pas ce parfum (enfin son odeur). C’est important ce que nous ressentons quand nous mettons un parfum, ce qu’il en dégage…donc Sandrinette est femme fatale !!!! hi hi hi …cela dit, ca ne m’étonne pas, tu es tres élégante sur tes photos…bisous

    4. 21 janvier 2019 / 17 h 52 min

      Superbes hostoires de Parfums, j’aime Serge lutens mais en fait je ne porte pas de parfums de marque comme Chanel ou Hermès, mais de petites trouvailles:-)
      belle soirée

      • Helene
        22 janvier 2019 / 10 h 53 min

        C’est vrai que le problème des grands parfums c’est qu’on les retrouve sur beaucoup de femmes. C’est important de s’identifier à une odeur…donc parfait de trouver « le » parfum qui nous révèle…Bizzz

    5. Stéphanie
      21 janvier 2019 / 5 h 42 min

      Merci Hélène pour ce bel article très intéressant et joliment illustré. Ma maman porte Calèche d’Hermes comme sa mère et je trouve que chaque époque nous rattache à une fragrance particulière. Je pense au 19 de Chanel quand j’étais jeune fille ou Ivoire de Balmain plus tard. J’aime beaucoup certains parfums sur d’autres personnes car c’est leur signature. Celui que tu portes est très doux et je trouve ce fleuri très agréable. C’est le sens olfactif qui persiste le plus longtemps dans notre mémoire. Bon lundi bisous 😘

      • Helene
        21 janvier 2019 / 9 h 28 min

        Coucou Stéphanie, merci pour ton avis. Ma maman portait « Miss Dior » mais l’original qu’on ne trouve plus je crois. Et je n’ai jamais pu le porter apres son décès alors que je l’aime beaucoup….sans doute que je l’aime car il me rappelle ma maman ; tout comme « Pour un homme » de Caron : idem mon papa ! C’est fou comme ce sens me nous emporter ! C’est pour ça que j’aime aller dans un port de pêche, l’odeur du poisson (pas toujours agréable pour tout le monde ! rire) me rappelle mon papa qui adoré la pêche ! En ce qui concerne mon parfum c’est vrai qu’il est doux, je l’adore… gros bisous

    6. 20 janvier 2019 / 20 h 27 min

      Pour donner suite à ton message, j’ai eu AMARIGE de Givenchy pendant 20 ans, mais cette année qui est pour moi une année de grand changement, j’ai chois la PETITE ROBE NOIRE de Guerlain

      J’adore ce nouveau parfum que je sens et donc je peux en profiter moi aussi,car je ne sentais plus Amarige mais par contre tout le monde me faisait remarquer que je sentais bon

      Bonne semaine

      • Helene
        21 janvier 2019 / 9 h 29 min

        C’est vrai qu’on ne sent plus son parfum au bout d’un moment…Je ne connais pas Amarige. Grande année ? Changement ??? Bonne journée. Bises

    7. 20 janvier 2019 / 18 h 47 min

      Merci pour l’histoire de ces parfums.
      Moi je suis fidèle à Guerlain mais après avoir eu longtemps L’heure Bleue j’ai « idylle  » .
      J’étais allée assister à une après midi sur la maison Guerlain . Très intéressant.
      Belle soirée Hélène. Bisous

      • Helene
        20 janvier 2019 / 19 h 45 min

        Merci pour ton commentaire ma Jany ! Je ne connais pas ce parfum. Mais j’adore les Guerlain également…Cette visite devait être tip top !!! La chance. Bises, bonne soirée.

    8. Roselyne
      20 janvier 2019 / 18 h 24 min

      Très intéressant cet article. Je suis fidèle à 3 parfums que j’alterne en fonction de la saison ou de mon humeur.
      Aromatic élixir de Clinique, Heure Bleue de Guerlain et Rem de Réminiscence

      • Helene
        20 janvier 2019 / 18 h 38 min

        Merci pour ton avis ! Moi aussi j’alterne avec un autre parfum pour l’été, j’ai oublié de le préciser. C’est « Le jardin de Monsieur Li » d’Hermes…bizzz

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :

    Vous recherchiez quelque chose?